Les trachycarpus, origine, culture, botanique, gros plan sur le Trachycarpus Fortunei

03/01/2015 07:22

Les Trachycarpus

Trachycarpus H. Wendl., 1861

 

 

    Classification Règne

Plantae

Division

Magnoliophyta

Classe

Liliopsida

Ordre

Arecales

famille

Arecaceae

 

Les Trachycarpus sont un genre de la famille des Arécacées. La racine du nom vient du grec trachys qui signifie rugueux, et de carpos qui signifie fruit.

Ils Font partie de la sous-famille des Coryphoideae, de la tribu des Corypheae et de la sous-tribu des Thrinacinae.

 

Habitat naturel

La distribution naturelle des Trachycarpus va des régions montagneuses du nord de l’Inde, au Népal, jusqu’au nord de la Thaïlande et en Chine. Dans leur habitat naturel, certaines espèces vivent dans des forêts de montagne jusqu’à 2500 mètres d’altitude, et sont régulièrement couvertes de neige en hiver.

Le climat de leur habitat de prédilection est le climat océanique chaud à subtropical humide. C’est dans ces zones micro-climatiques qu’il se naturalise, là où le taux d’humidité frôle avec les 95%.

 

Naturalisation de l’espèce en Europe

Le Trachycarpus fortunei est le représentant du genre le plus connu. Il se rencontre très fréquemment dans les jardins en Europe et il est abondant dans les parcs et jardins en France.

Au début du siècle il fut très largement planté du fait de sa croissance assez rapide et de sa grande rusticité. On le retrouve abondamment dans le Pays Basque et le Béarn.

On le retrouve également à l'état sauvage dans la région montagneuse du Tessin en Suisse, où il est subspontané et classé comme espèce invasive (voir article à ce sujet). Il s’est naturalisé dans d’autres régions d’Europe, comme le sud-ouest de la France qui bénéficie d’un climat océanique chaud, propice à sa croissance. Dans certaines forêts du Béarn, ou aux bords des bosquets et des parcs, on retrouve des populations de Trachycarpus Fortunei parfaitement naturalisées et invasives.

 

Silhouette et particularité

Les Trachycarpus sont des palmiers dïoïques, de taille moyenne, très résistants. Les feuilles sont palmées, robustes, de couleur vert foncé à vert clair, parfois bleutées, comme c’est le cas pour le Trachycarpus Princeps.

Le stipe des Trachycarpus a une hauteur qui va de quelques dizaines de centimètres de hauteur pour Trachycarpus nanus à plus de douze mètres pour Trachycarpus takil. Il peut devenir nu avec l’âge, mais il est recouvert le plus souvent d’une couche plus ou moins épaisse de fibres entrelacées qui forment un crin marron.

Les caractéristiques principales des trachycarpus en culture 

Leur résistance au froid peut aller jusqu'à des températures négatives de -18°C à -23°c, comme c’est le cas dans les Pyrennées où l’on peut recenser des sujets à plus de 2000 mètres d’altitude qui subissent parfois des froids très conséquents et des périodes longues sans dégel.

 Leur croissance rapide est l’un de leurs principaux atouts ; En effet un sujet planté d’une vingtaine de centimètre dans de bonnes conditions de culture devient en quelques années (4 à 5 ans) une plante haute et impressionnante par la taille de ses palmes complètement formées et une base de tronc adulte.

 Leur remarquable hauteur à l'âge adulte est un atout incontestable car un groupe planté de Trachycarpus ne passera jamais inaperçu dans un jardin.

 

Les différentes espèces 

Le genre Trachycarpus comprend une dizaine d’espèces:

    Trachycarpus fortunei

    Trachycarpus geminisectus

    Trachycarpus latisectus

    Trachycarpus martianus    

    Trachycarpus nanus

    Trachycarpus oreophilus

    Trachycarpus princeps

    Trachycarpus takil

    Trachycarpus wagnerianus

 

Chaque espèce comprend parfois quelques sous-espèces ainsi que des hybridations possibles du fait de leur ADN très proche. Il n’est toutefois pas fréquent que ces espèces se reproduisent dans leur habitat naturel car leurs zones indigènes sont parfois assez éloignées.

Notons par l’exemple l’existence du Trachycarpus Fortunei X wagnerianus. Le groupe de cultivars Trachycarpus fortunei X Wagnerianus est une variante semi-naine à petites feuilles. Il diffère par sa hauteur dépassant rarement les 5 m, avec des folioles de moins de 45 cm de long. Sa courte stature et ses petites feuilles lui donne une plus grande tolérance à l'exposition au vent. Il a souvent été considéré comme une espèce distincte du Trachycarpus wagnerianus dans les œuvres populaires, mais est maintenant inclus dans la classification des Fortunei.

 

Résistance au froid des espèces de Trachycarpus 

    Trachycarpus fortunei : -18°C

    Trachycarpus latisectus : -12°C/-13°c

    Trachycarpus martianus : -10°C

    Trachycarpus nanus : -15°C

    Trachycarpus oreophilus : -8°C/-10°c

    Trachycarpus princeps :  -10°C/-14°c

    Trachycarpus takil : -18°C

    Trachycarpus wagnerianus : -18°C

 

Le Trachycarpus Fortunei

Trachycarpus fortunei

(Hook.) H.Wendl., 1863

 

L’un des représentants de ce genre, le Trachycarpus fortunei (souvent appelé en jardinerie Chamaerops excelsa) est le palmier le plus fréquemment rencontré dans les jardins en Europe, pour la simple raison qu’il a longtemps été la seule espèce résistante au froid largement diffusée. Il était au début du siècle symbole de fécondité et de fertilité dans un foyer.

"fortunei" ?

L'épithète spécifique, « fortunei », lui a été donné en l’honneur de Robert Fortune, botaniste anglais qui a ramené des graines de Chusan (Zhejiang, Chine), vers 1850.

Noms communs : Palmier chanvre, Palmier de Chine, Palmier moulin, Palmier de Chusan

C’est sans doute l’espèce la plus cultivée de tous les palmiers dits " rustiques ". Le Trachycarpus fortunei peut survivre à des températures de l’ordre de —18°C à -20°c voir -23°c.

 Seuls trois autres espèces de palmiers peuvent survivre à des températures aussi basses ou encore plus basses : le Rhapidophyllum hystrix d’Amérique du Nord (jusqu’à —25°C), le Nannorrhops ritchieana des montagnes et déserts d’Asie Centrale ( jusqu’à —20°C) et le très rustique Sabal Minor qui ne souffrira qu’à partir de -18°c mais peut endurer un froid sec de l’ordre de -25°c sur une très brève période.

 Ces trois espèces sont, en raison de leur croissance plus lente, très difficile à se procurer en grande quantité. Le Trachycarpus fortunei a donc aisément surclassé ses quelques concurrents en terme de résistance au froid grâce à sa rapidité de croissance, sa tolérance aux ph de sols de toute nature, et son excellent comportement dans des régions de moindre ensoleillement.

 

Habitat de prédilection

Il pousse parfaitement à l’ombre de grands arbres, souvent même mieux qu’en plein soleil où le vent et la sécheresse ont tendance à l’abimer.

Un Trachycarpus Fortunei planté à l’ombre de grandes arbres, plein sud contre un mur dans une zone océanique protégée (Royan, Saintes, La Rochelle, Biarritz, Pau…) peut avoir une période de croissance pratiquement annuelle. Il demande en effet une quinzaine de degré pour passer du stade de repos végétatif à une période de croissance.

Son habitat naturel se situe dans les forêts en zones montagneuses, en Chine centrale. Il bénéficie d’un climat océanique chaud à subtropical humide.

Le palmier de Chine résiste aussi au manque ou à l'excès d'eau, ainsi qu'au vent. Il peut pousser indifféremment à l'ombre ou au soleil. Dans l'idéal, il apprécie d'avoir la tête au soleil et les pieds au frais. Un paillage l’été l’aidera à maintenir l’humidité dont il a besoin. Il appréciera également un substrat dense, voire argileux (voir type de sol).

 

Utilité économique du Trachycarpus Fortunei

En Chine, on utilise la très résistante fibre récoltée sur les stipes pour fabriquer des balais, des brosses, des paillassons, des cordes et des vêtements imperméables. Les stipes eux-mêmes, très résistants à l’humidité, servent également de poteaux électriques dans certaines provinces d’Asie de l’Est.

Les graines sont étudiées pour leurs possibles propriétés anticancéreuses.

 

Description du stipe

Jusqu’à 12 mètres de hauteur et 15cm de diamètre voir un peu plus.

Certains sujets plantés en plein soleil peuvent avoir un stipe beaucoup plus fort et trapu.

A l’ombre le Trachycarpus Fortunei aura tendance à développer un stipe plus fin mais tout aussi haut.

Le stipe est recouvert de plusieurs couches de fibres marron entrelacées qui persistent plusieurs années voir pendant toute la durée de vie de la plante.  Ce manteau lui confère une excellente résistance outre ses propriétés intrinsèques.

Dans certains cas il aura tendance à se décomposer et  laissera apparaître alors un stipe annelé, relativement fin, de couleur grise.

 

Couronne de palme

Environ 30 feuilles palmées, de 70cm à 1,20 mètre de large lorsque la plante se développe à l’ombre, de couleur vert foncé sur le dessus et souvent légèrement glauque dessous. L’extrêmité des quelques 40 segments est divisée en deux parties. Le pétiole vert, de 50cm à plus d’un mètre de longueur, est couvert sur sa partie inférieure de fibres laineuses blanchâtres.

Tous les ans ce sont entre 8 et 12 nouvelles palmes qui vont se développer entre mars et novembre sous notre climat océanique.

 

Floraison

Les Trachycarpus sont dioïques, il existe donc des plantes mâles et des plantes femelles. Les inflorescences émergent tous les ans sur la base des palmes en dessous du cœur du palmier. Elles sont plutôt courtes et très ramifiées. Les fleurs très nombreuses sont d’un beau jaune vif. Les sujets femelles produisent une grande quantité de fruits noir-violet, contenant chacun une graine marron de la forme d’un petit haricot d’environ 1cm de long.

Les sujets mâles fleurissent également à la même période. Les fleurs s’étiolent au bout de 2 à 3 semaines et la grappe reste accrochée au tronc, desséchée.

 

Multiplication et croissance du trachycarpus fortunei

Les graines fraîches germent rapidement, parfois quelques jours après le semis (environ 2 semaines), le plus souvent 1 à 2 mois plus tard. Les jeunes plantes se développent assez lentement les trois premières années puis la croissance s’accélère grandement.

Les premières palmes apparaissent en général au bout de 3 ans lorsque la plante a sorti 11 feuilles. C’est en général la douzième feuille qui se dédouble et la treizième qui est palmée.

Le tronc commence à se développer en largeur puis ensuite en hauteur quand la base est solide et qu’il s’est bien ancré dans le sol.

En sol léger, humide et profond (de type sol humifère, sable de rivière, sols bruns profonds) sa croissance peut être impressionnante. Les plus beaux spécimens, outre en Chine,  se trouvent en Bretagne, dans le Sud-Ouest et autour des grands lacs suisses et italiens.

 

Maladies 

Depuis 2001, dans le sud de l'Europe, il peut être sujet aux attaques de la chenille d'un lépidoptère, le Paysandisia archon. En Espagne on déplore des pertes importantes de palmeraies, ravagées par cet insecte notamment dans la région de Gérone.

 

Autre article fort intéressant sur les attaques de ce papillon et les conséquences sur le palmier:Cliquez ici

crédit photo wikipedia: Paysandisia archon

 

 

Contact

LA PALMERAIE siège : PALM AFC IMPORT
43 ROUTE DE MONTIFAUT
79370 VERRINES SOUS CELLES
FRANCE
adresse pépinière: ROSALIGNA, rue des Roses 79120 LEZAY (sur rdv uniquement)

Tél : 07 89 02 77 56 palmstreet.lapalmeraie@live.fr